Accueil » Et aussi… » Cohabitation, colocation et salle de bains

Cohabitation, colocation et salle de bains


Monique Eleb, chercheur au laboratoire Architecture, culture et société de l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais, s’intéresse aux différents modes de cohabitation qui émergent depuis plusieurs années. Nous avons voulu savoir comment la salle de bains était partagée. Interview.

Sdbpro.fr – Cohabitation et colocation, c’est pareil ?
Monique Eleb Non, c’est différent. Quand on cohabite, c’est dans un même logement, entre personnes qui se sont choisis pour vivre ensemble sur des temps longs. Si la cohabitation est parfois imposée, par exemple quand on retourne vivre chez ses parents, elle peut être aussi voulue et organisée pour durer, par exemple dans le cadre d’une famille recomposée. C’est aussi souvent, pour les personnes âgées, une alternative à la maison de retraite. Et l’on peut aussi cohabiter pour mettre en question les normes sociales et démontrer qu’on peut vivre autrement. La colocation, elle, est éphémère. Elle concerne surtout les jeunes et les étudiants, qui ne se choisissent pas toujours.

Comment cohabite-t-on ?Cohabitation, colocation et salle de bains Monique Eleb, portrait
Monique Eleb Il y a plusieurs manières de cohabiter. On peut dès le départ négocier et fixer des règles, qui sont parfois écrites. Mais ces règles peuvent aussi se mettre en place de manière tacite. Dans les deux cas, il s’agit de partager et d’organiser l’espace. C’est une question de savoir-vivre, d’attention aux autres et d’adaptation. Mais cela ne suffit pas toujours. Pour cohabiter, il faut tenir compte des autres et cela n’est pas si facile. Partout, chacun arrive avec ses habitudes, qui sont héritées de sa culture familiale. Il est parfois nécessaire de rappeler les règles, quand certains se comportent comme s’ils vivaient tous seuls et envahissent le territoire des autres. Dans une cohabitation, tout le monde est au même niveau, en principe, car l’égalité est la première règle à observer. Et l’on n’aime pas que quelqu’un déroge à cette règle.

Ça se passe comment entre parents et enfant ?
Monique Eleb – Quand on revient chez ses parents, les habitudes reviennent aussi. Comme des éléments de répétition. Tout est fait pour qu’on régresse, et il est difficile de ne pas se remettre dans la règle de la maison. Ainsi, les parents n’acceptent pas que les enfants devenus adultes ne lavent pas la baignoire ! En règle générale, dans toute cohabitation, chacun doit faire sa part de ménage, en particulier dans la salle de bains… A ce titre, la cohabitation est toujours plus difficile avec les post-adolescents, qui ont tendance à laisser les choses traîner, à ne pas nettoyer tout de suite.

Comment la salle de bains est-elle partagée ?
Monique Eleb – Lorsqu’il existe deux salles de bains dans le logement, elles sont dissociées en fonction des genres, l’une étant réservée aux femmes, l’autre aux hommes. Si la maison possède deux niveaux, la division homme-femme se fait au niveau des étages. Dans tous les cas, il est admis que l’on rentre et sort de la salle de bains sinon habillé – vêtement de jour ou de nuit – du moins couvert, ne serait-ce qu’avec une serviette de bain. Souvent, c’est le temps qui régule l’intimité : on connaît les horaires des colocataires ou cohabitants, et l’on s’organise pour ne pas les rencontrer, en utilisant la salle de bains de manière décalée.

Est-ce qu’on laisse ses affaires dans une salle de bains partagée ?
Monique Eleb – Dans l’habitat partagé, on se balade souvent avec ses affaires de toilette. Les salles de bains sont petites et ne possèdent pas ou peu d’étagères. Mais au-delà de la place disponible, il y a la crainte que les autres puissent se servir. Donc on évite d’y laisser des choses précieuses, mais aussi banales : certains ne laissent même pas leur brosse à dents dans la salle de bains.

Quelle est la salle de bains idéale pour la cohabitation ?
Monique Eleb – Il n’y en a pas. La seule solution idéale, c’est une salle de bains par personne, liée à la chambre, comme dans les résidences étudiantes d’aujourd’hui. Dès qu’on vit ensemble, les mêmes questions se posent : la temporalité, la tenue, l’intimité… En couple, on finit par s’accepter, mais dès qu’il y a rupture, on ne veut plus partager l’intimité. Sinon, une grande salle de bains a l’avantage de permettre de laisser ses affaires, à condition que chacun dispose d’un rangement qui ferme.

Laisser une réponse

Branchez-vous sur le fil d’infos des pros de la salle de bains

Recevez la newsletter bimensuelle de Sdbpro.fr

Bravo ! Vous êtes maintenant inscrit à notre newsletter.