Accueil » 00-dossier » Le sertissage : moins d’accidents et plus de productivité

Et si vous passiez au sertissage ?

Le sertissage : moins d’accidents et plus de productivité

L’entreprise de plomberie chauffage Somag, installée à Mont de Marsan, dans les Landes, emploie trois salariés. Elle s’est spécialisée dans l’installation de réseaux d’alimentation en eau dans les locaux commerciaux et le tertiaire. Il y a peu, elle a abandonné le cuivre pour passer au PER (ou PEX, à l’anglo-saxonne), à la fois pour des raisons de coûts, liés à l’augmentation du prix de la matière première qui, au début de l’année 2015, était au plus haut, et aux risques liés à l’usage du cuivre. Le PER, léger et facile à transporter et à manipuler, est aussi assemblé par sertissage : exit les soudures et brasures, le décapant, les risques de brûlure ou d’inhalation des fumées, les supports endommagés par la flamme… De plus, sa mise en œuvre ne nécessite pas de qualification, contrairement à celle du cuivre. D’autre part, le tube étant inséré dans une gaine (fourreau), il est amovible et relève de la garantie biennale, pas de la décennale.

Passer au sertissage pour améliorer la productivité

Toutefois, explique Dominique Cassoulet, le dirigeant de la société Somag interviewé dans une vidéo produite par l’OPPBTP (organisme chargé de la prévention des risques dans les métiers du bâtiment), « J’ai été surpris de constater que les changements de pratiques avaient un impact aussi positif sur les performances de l’entreprise. » Car, grâce au sertissage, les temps de mise en œuvre sur les chantiers ont été réduits de moitié. Ce qui a permis de multiplier par deux la productivité. Ainsi, l’investissement de départ, nécessaire à l’acquisition des outils de sertissage, soit environ 6000 €, a entrainé un gain financier de plus de 150 000 € pour l’entreprise.

Sertir le tube cuivre, multicouche…

Mais le PER n’est pas le seul matériau susceptible d’être serti : le multicouche, beaucoup plus qualitatif que le PER et adapté à toutes les applications, peut aussi être serti, ainsi que le cuivre, matériau préféré du plombier, l’acier, l’inox. C’est-à-dire que, quels que soient l’application et le niveau de gamme de l’installation, il existe un matériau à sertir adapté. La productivité de l’entreprise est donc assurée dans tous les cas.

<< Précédent

SOMMAIRE DE L'ARTICLE

Un commentaire

  1. @lyon coco salle de bain

    Un très bel article sur le Seetissage qui existe depuis les années 90 en France.

Laisser une réponse

L'agencement et la décoration de la salle de bains sont sur Stylesdebain.fr